Aménagement du territoire: L’avenir de la région Guelmim-Oued Noun, au cœur des concertations pour l’élaboration des OPPAT

Guelmim – Le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville a organisé, mardi au siège de la Région de Guelmim-Oued Noun, une conférence régionale autour des concertations pour l’élaboration des Orientations de la politique publique d’aménagement du territoire (OPPAT).

Présidé par le secrétaire général de la wilaya de la région de Guelmim-Oued Noun, Ahmed El Faghloumi, cet évènement fait partie d’une série de rencontres qui se tiennent dans les douze régions du Maroc, dans le sillage des efforts visant à assurer le succès des réformes institutionnelles adoptées par le Royaume et à contribuer à la mise en œuvre du chantier de la régionalisation avancée ainsi qu’à l’implémentation des choix stratégiques portés par le nouveau modèle de développement (NMD).

Ce dialogue territorial pour la co-construction des OPPAT consiste à soutenir l’émergence d’une vision renouvelée de la politique d’aménagement du territoire, selon une approche de réflexion collective autour des perspectives des territoires et de leurs trajectoires potentielles de développement.

En effet, cette démarche contribuera à donner une forte impulsion à la convergence et à l’intégration des interventions publiques à l’échelle des territoires et à assurer la cohérence entre les Schémas régionaux d’aménagement du territoire et les politiques sectorielles.

Les OPPAT constituent un document d’orientation prospectif qui détermine les priorités et les options de l’Etat en matière d’aménagement du territoire à différentes échelles territoriales (national, régional et local), tenant compte des vocations et spécificités des différents territoires dans une vision prospective partagée par l’ensemble des acteurs, a indiqué l’Inspecteur régional de l’urbanisme, de l’architecture et de l’aménagement du territoire national de Guelmim-Oued Noun, Mbarek Boulahi.

Les nouvelles OPPAT requièrent un nouveau système de partenariat plus équilibré et conforme aux exigences de la Constitution et des lois organiques qui encadrent le processus de la régionalisation avancée, a-t-il fait remarquer, notant que la conduite de ce chantier est ainsi fondée sur une démarche de co-construction et de concertation avec l’ensemble des partenaires concernés au niveau central et territorial.

M. Boulahi a ajouté qu’il s’agit d’encadrer les Schémas régionaux d’aménagement du territoire (SRAT) afin d’assurer la cohérence et l’harmonisation de ces schémas, en plus d’organiser la convergence intersectorielle, en encadrant à moyen et long termes les politiques sectorielles en direction des territoires, tout en relevant que la dynamique que connait actuellement la région de Guelmim-Oued Noun confortera son statut distingué et sa position géostratégique en tant que porte d’entrée du Sahara marocain et trait d’union entre le nord et le sud du Royaume.

A cet égard, il a passé en revue le potentiel prometteur dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche maritime, du tourisme et des énergies renouvelables, soulignant que le modèle de développement des provinces du Sud permettra à la région de jouer un rôle de pionnier en matière de développement socio-économique.

De son côté, M. Faghloumi a mis l’accent sur l’importance de l’implication des élus et responsables locaux, ainsi que des acteurs de la société civile pour contribuer à l’élaboration des Orientations de la politique publique d’aménagement du territoire, ajoutant que ce genre de rencontres s’inscrit dans le cadre de la démarche participative adoptée depuis des années par le Royaume en matière d’élaboration des politiques publiques dans tous les secteurs vitaux.

Il a aussi indiqué que les nouvelles Orientations de la politique publique d’aménagement du territoire devront définir les règles d’aménagement visant à assurer la cohésion du territoire national, ainsi que les objectifs et les priorités vers lesquels devront converger les stratégies sectorielles et territoriales.

Ce débat public au niveau de la région de Guelmim-Oued Noun met en exergue une vision prospective partagée qui est fondée sur les trajectoires de développement différenciées et qui vise le développement inclusif et durable de ce territoire.

En marge de cet événement, qui s’est déroulé en présence notamment du vice-président du Conseil régional de Guelmim-Oued Noun et des différents acteurs locaux et régionaux, deux ateliers ont été organisés pour débattre et recueillir les propositions des divers partenaires.

Le premier atelier porte sur les moyens de promouvoir une base économique durable, d’autant plus que la région de Guelmim-Oued-Noun se caractérise par le secteur tertiaire avec une forte présence du secteur public.

Lors du second atelier, les participants ont discuté de l’importance de faire du patrimoine naturel et culturel une priorité pour Guelmim-Oued-Noun, sachant que la région représente, de par sa situation géographique, un trait d’union entre le nord et le sud du Maroc et un lieu de rencontre des cultures saharienne et amazighe. Ils ont estimé que cela stimule fortement le processus de valorisation de la culture et le patrimoine dont regorge la région, à travers le renouveau de l’écotourisme et du tourisme alternatif.

Ainsi, la préservation des ressources en eau, la gestion du déficit hydrique, ainsi que la préservation des ressources environnementales (forêts, espaces agricoles et pastoraux, et réduction des risques naturelles et la protection des zones fragiles (oasis), constituent un pari essentiel pour la région, ont fait observer les intervenants.

A l’issue de ce dialogue régional et afin d’assurer la qualité concertée des décisions et identifier les pratiques innovantes, les parties prenantes ont formulé les recommandations retenues qui vont faire l’essence même des orientations de la politique publique de l’aménagement du territoire.