Enseignement supérieur : Tenue à Guelmim des assises régionales sur le PACTESRI 2030

Guelmim – L’étape de la région Guelmim-Oued Noun des assises régionales autour du Plan national d’accélération de la transformation de l’écosystème de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation (PACTESRI 2030), a été tenue, vendredi à Guelmim.

S’exprimant à l’ouverture de cette rencontre, à laquelle ont pris part notamment le wali de la la région Guelmim-Oued Noun, gouverneur de la province de Guelmim, Mohamed Najem Abhai et la présidente du conseil de la région, Mbarka Bouaida, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Abdellatif Miraoui, a indiqué que ces assises constituent l’ultime étape des concertations et des rencontres tenues dans les différentes régions du Royaume, afin de consacrer l’approche participative prônée par son département pour l’élaboration du PACTESRI.

Au cours de cette rencontre, initiée sous le thème « Ensemble pour un nouveau modèle de l’université marocaine », le ministre a souligné que ce Plan tire son essence des recommandations du Nouveau Modèle de Développement (NMD) et s’appuie sur les priorités fixées dans le cadre du programme gouvernemental 2021-2026, notamment dans son volet lié à la valorisation du capital humain.

Et M. Miraoui de poursuivre que la réalisation de cette ambition de développement qui jette les bases du Maroc de demain, requiert de se pencher sur la préparation d’un capital humain qualifié, capable de répondre aux exigences des secteurs productifs en termes de compétences et d’expertises afin de soutenir la compétitivité de l’économie nationale et conforter l’attractivité des investissements étrangers, outre le renforcement des valeurs de cohésion sociale et la consolidation des fondements de la coexistence comme l’un des principaux affluents du développement inclusif et durable.

Ces déterminants majeurs qui constituent, a-t-il expliqué, les principaux piliers du PACTESRI, s’articulent autour de quatre axes : le développement d’une offre de formation à même d’accompagner les besoins de l’ère actuelle, la consécration d’une recherche scientifique répondant aux standards internationaux, l’établissement de nouveaux partenariats entre l’université, la région et le tissu socio-économique ainsi que la bonne gouvernance efficace des établissements universitaires pour asseoir l’indépendance de l’université sur des bases solides et durables.

« Le nouveau modèle de l’université marocaine auquel nous aspirons, consacre un ensemble de choix inhérents à l’université en tant qu’espace non seulement d’acquisition des compétences et du savoir-faire, mais aussi en tant que cadre de vie intégré et attractif », a souligné M. Miraoui, notant qu’il s’appuie également sur des programmes de mobilité internationale, à travers l’élargissement de la base des bénéficiaires, la diversification des destinations académiques et l’établissement d’une nouvelle génération de partenariats entre l’université et la région.

De son côté, le président de l’Université Ibn Zohr d’Agadir, Abdelaziz Bendo, a mis l’accent sur l’importance de ces assises en tant que nouvelle culture à consacrer, surtout que ce débat vise l’adaptation aux changements opérés à l’échelle locale, régionale et internationale selon les moyens disponibles.

M. Bendo a, en outre, insisté sur la nécessité d’intensifier les efforts de l’ensemble des intervenants et parties prenantes (élus, société civile, professeurs, chercheurs et acteurs économiques et sociaux) en vue d’accélérer cette réforme et de réaliser ses objectifs et ce, au service du capital humain, ainsi que sur l’importance du renforcement des mécanismes de partenariat et de coopération entre l’université et les conseils régionaux et communaux.

Pour sa part, le wali de la région a salué l’implication de tous les acteurs à ce débat régional autour de ce grand chantier, appelant à accorder davantage d’intérêt à l’enseignement supérieur, à la recherche scientifique et à l’innovation afin de répondre aux aspirations des générations futures à une formation appropriée et de qualité et de leur permettre de contribuer efficacement à la réalisation des grands chantiers et projets de développement régional, conformément aux orientations stratégiques du NMD.

Il a également indiqué que ce débat constitue une plateforme de concertation et d’échange pour mobiliser et stimuler l’intelligence collective en vue d’établir un nouveau modèle d’enseignement supérieur, de recherche scientifique et d’innovation, et de conforter sa dimension régionale pour répondre aux attentes des habitants de Guelmim-Oued Noun, des partenaires et de l’université et, partant, l’élaboration d’une feuille de route unifiée à même d’ouvrir de larges perspectives devant l’université.

Quant à la présidente de la région de Guelmim-Oued Noun, Mme Bouaida elle a indiqué que ce débat régional autour du plan national d’accélération du système de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, tend à amorcer une nouvelle dynamique pour promouvoir ce secteur vital et le placer au cœur d’un développement régional intégré et durable.

Elle a ainsi appelé l’ensemble des acteurs régionaux à participer activement à ce débat en apportant des solutions efficaces et en faisant part de propositions utiles et susceptibles de contribuer à la promotion, à la réhabilitation et au renforcement des performances des établissements universitaires au niveau de la région, de manière à faire de Guelmim-Oued Noun un pôle universitaire intégré et indépendant.

Au cours de cette rencontre, à laquelle ont assisté aussi les gouverneurs des provinces de Sidi Ifni et d’Assa Zag et le secrétaire général de la préfecture de la province de Tan-Tan, l’Université Ibn Zohr d’Agadir a signé des conventions de partenariat avec le conseil de la région Guelmim-Oued Noun, la direction régionale du Haut Commissariat au Plan, la direction régionale de l’ANAPEC, la chambre régionale d’artisanat et la Commission Régionale des Droits de l’Homme (CRDH).

Ces conventions visent le soutien de la formation, de la recherche scientifique et de l’innovation au niveau de la région, le renforcement des capacités des ressources humaines par des sessions de formation et la création d’un cadre de concertation et de coopération pour contribuer à l’amélioration de la compétitivité dans le domaine de l’artisanat, outre la collaboration en matière des droits humains et d’échange, d’analyse et de diffusion des informations et données statistiques.

Au menu de ces assises régionales figuraient quatre tables rondes autour des thématiques de l’inclusion territoriale et le développement intégré, de l’inclusion économique et la compétitivité, de l’inclusion sociale et durable et de l’excellence académique et scientifique.

Par ailleurs, M. Miraoui, accompagné du wali de la région Guelmim-Oued Noun, ont visité, auparavant, le lot de terrain réservé à la construction de deux établissements universitaires à Guelmim. Il s’agit de la Faculté des sciences économiques et de la gestion ainsi que de l’Ecole Nationale de Commerce et de Gestion (ENCG).