Affaires locales: Appel à davantage d’implication de femmes

Guelmim – Le renforcement de la participation des femmes rurales issues de la région de Guelmim-Oued Noun à la gestion de la chose locale a été au centre des débats lors d’un séminaire organisé cette semaine à Gulemim, à l’initiative de la Ligue amazighe des droits de l’Homme.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du programme « Dynamiques locales pour promouvoir la participation des femmes rurales à la gouvernance locale », qui fait l’objet d’une convention de partenariat entre la Ligue et le ministère de l’Intérieur (Fonds d’appui pour la promotion de la représentativité des femmes).

Le programme vise à encourager les femmes à s’impliquer davantage dans les affaires locales dans sept communes rurales de la province de Guelmim à la faveur de l’organisation des séances de sensibilisation, des journées d’étude et des formations entre juillet et août 2019.

Lors de cette rencontre, tenue sous le thème « La participation politique de la femme rurale: Entre les possibilités constitutionnelles et juridiques et les contraintes de la réalité », l’accent a été mis sur les principaux obstacles à la participation politique des femmes rurales à la gestion de la chose locale et sa relation étroite avec l’autonomisation de la femme à l’échelle de cette région.

Une pléiade de chercheurs et d’universitaires ont aussi mis en avant l’impératif de consolider les acquis constitutionnels en la matière, de consacrer l’égalité des sexes et d’accompagner les efforts déployés par l’Etat en vue de favoriser la participation politique de la femme.


Dans une déclaration à la MAP, Anghir Boubker, Coordinateur national de la Ligue amazighe des droits de l’Homme, a indiqué que ce séminaire a pour objectif de soutenir la participation féminine au management de la chose locale, ajoutant que le programme « Dynamiques » est un « genre de plaidoyer » en faveur des questions relatives aux femmes, notamment que celles issues du milieu rural.

Tout en jugeant indispensable d’impliquer la femme dans la gestion des affaires publiques de manière « effective et efficace » pour réaliser le développement escompté, il a appelé toutes les parties prenantes à s’engager davantage en faveur de la réussite de ce chantier.


De son côté, Samira Obla, responsable du réseau Développement démocratique, a noté que le programme « Dynamiques locales pour promouvoir la participation des femmes rurales à la chose locale » porte notamment sur des sessions de formation et des rencontres de communication au profit des femmes rurales, dont la participation politique reste encore « très faible ».