Ouverture à Sidi Ifni du 8ème festival international du cinéma et de la mer

Sidi Ifni – La 8ème édition du festival international du cinéma et de la mer s’est ouverte jeudi soir à Sidi Ifni.

Ce festival, organisé par l’association du festival international du cinéma et de la mer jusqu’au 14 novembre, verra la participation de 10 films, dont cinq films marocains et cinq films représentant le Bahreïn, la Syrie, la Mauritanie, la Belgique et la Grande Bretagne.

La cérémonie d’ouverture de cet événement artistique, à laquelle ont assisté plusieurs cinéastes et artistes, a été marquée par l’hommage rendu à l’artiste Rafik Boubacar et l’artiste amazigh Ahmed Ntama.

La cérémonie, organisée sans public, a également vu la présentation des membres du jury, présidé par l’artiste Majida Benkirane, et composé du réalisateur Hassan Khar, le comédien amazigh Rachid Aslal, le réalisateur espagnol Luis Fernandez et le réalisateur omanais Ammar Al Ibrahim.

Le jury sélectionnera les meilleurs films participant à la compétition officielle de cet événement culturel et cinématographique, afin de concourir pour les prix du festival.

Dans une déclaration à la MAP, le directeur du festival, Youba Ouberka, a souligné l’importance de ce festival, qui contribue grandement au développement et à la promotion de la région, compte tenu de ses potentialités naturelles, humaines et culturelles.

Il a ajouté que le programme de cette session, qui se tient en présentiel et à distance dans le cadre des mesures préventives visant à limiter la propagation de la pandémie du Covid-19, est riche et diversifié comprenant des rencontres, des activités éducatives et des ateliers dans le domaine du cinéma au profit des jeunes et des étudiants, ainsi que des ateliers sur les droits de l’Homme, en plus de la projection de films qui traitent du thème de la mer et de l’environnement.

Pour sa part, le président de la Commission régionale des droits de l’Homme de Guelmim-Oued Noun, Ibrahim Al-Ghazal, a indiqué que la participation de la commission à ce festival vise à consolider la relation qui lie le discours cinématographique aux droits de l’Homme, considérant que le cinéma est l’un des moyens les plus efficaces capables de promouvoir et de consolider une culture des droits de l’Homme.

Il a ajouté que de telles manifestations culturelles contribuent à raffermir les relations entre les différents acteurs de la région de Guelmim-Oued Noun, afin de parvenir à un développement culturel durable et de promouvoir cette région riche de son patrimoine et de sa diversité culturelle, historique, matérielle et immatérielle.

En plus de la compétition officielle du film, le programme du festival comprend la projection de films hors compétition, des séminaires et des ateliers sur la réalisation, la photographie et la création de contenus numériques, ainsi qu’un atelier sur le plaidoyer par le cinéma pour consolider une culture des droits de l’Homme, ainsi que des rencontres ouvertes sur le cinéma et les valeurs des droits de l’Homme.